Né en 1983, Poes grandit à la Défense, dont le labyrinthe de béton devient vite son terrain de jeu. Élevé sans télévision mais avec l’amour des romans et des bandes dessinées de la “ligne claire”, il plonge à 15 ans dans le graffiti, et la passion bientôt dévorante le conduit pendant les vingt années suivantes aux quatres coins de cette nouvelle Europe sans frontières, dans une quête insatiable d’histoires, de rencontres et d’influences nouvelles, peignant à chaque arrêt une sorte de carnet de voyage in-situ.
Sur la toile, qu’il commence à aborder vers 2004, Poes abandonne les bombes pour les pinceaux et la peinture vinylique, développe son style arrondi, coloré et sucré, et construit son univers et un intarissable répertoire de formes. Toujours avec humour, et une pointe d’ironie parfois iconoclaste, il travaille sur la narration picturale, détournant ou brisant les codes classiques, et tout en explorant la recherche des potentiels dans le récit et la peinture, joue sur le contraste entre une peinture de prime abord “naïve”, un langage graphique empreint des codes de la Bande Dessinée, et des thématiques plus graves, renvoyant très souvent aux mythologies antiques voire oubliées (notamment une passion pour les mythes perdus de la Mésopotamie), ou mythologies urbaines ou contemporaines.
Repéré dès 2011 par la fondation Montresso, il est depuis régulièrement invité dans la résidence d’artiste Jardin Rouge, à Marrakech, tout en exposant en solo ou en collectif en France et à l’étranger ( Maroc, Suisse, Allemagne, Belgique, Corée du Sud..), et avec son ami et complice de toujours Jo Ber, peint de nombreux murs et façades, parfois immenses (Destin 2000 – 360m² en cinq jours)

01
02
03
04
05
06